Mon avis #55 : La Douzième Victime de Cyril Valée

Chroniqué par Althéa Rose

Titre : La douzième victime

Auteur : Cyril Valée

Edition : Heartless

Genre : Thriller

Nombre de pages : 426 pages

Résumé : Strasbourg. Un train percute une berline de luxe. Le conducteur, un influent chercheur en IA, est retrouvé à des dizaines de mètres de l’impact.
Lyon. La même nuit, le laboratoire qu’il dirigeait est piraté. Alors qu’il était sur le point de faire une découverte majeure, les résultats de ses recherches ont disparu. Et avec, quelque chose qui va susciter la convoitise de beaucoup de monde.
Des mercenaires prêts à tout, agissant en pleine rue. Des expérimentations secrètes. Des agents de la sécurité intérieure.
Rien ne sera épargné au commandant Luc Saint Antoine, à qui l’on impose l’affaire. Il ne se doute pas à quel point elle va bouleverser sa vie.
Il va mener la plus incroyable enquête de sa carrière.

Mon avis : C’est mon premier service presse des éditions heartless et j’ai vraiment beaucoup aimé ce livre. Cela fait du bien de voir une enquête se déroulé en France.       On va avoir un meurtre au début de l’histoire ce qui va avoir des conséquences sur la suite de l’histoire on va suivre le personnage de Luc qui n’a pas trop envie de mener cette enquête mais, son supérieur hiérarchique ne lui laisse pas vraiment le choix, il va donc être projeté dans cette mission sans comprendre ce que fait l’armée dans cette affaire. Pourquoi ne la laissent-ils pas à la police ? Il va vite comprendre que ce cas n’est pas aussi simple qu’il le pensait et va se retrouver projeté dans quelque chose qu’il n’a jamais vu dans toute sa carrière. On va également suivre Clarissa une hackeuse qui va mettre le doigts sur quelque chose qui la dépasse. L’auteur nous fait comprendre que les recherches de l’homme qui est mort sont très importantes et pour l’armée et pour des gens pas toujours bien attentionnés. J’ai bien aimé la plume descriptive et très fluide de l’auteur, le livre m’a beaucoup surpris par moment. C’est donc une réussite avec moi, je trouve que c’est un très bon livre pour ceux qui aiment le genre du thriller. Cependant, il y a un petit je ne sais quoi qui m’a gêné dans ce livre, il me manquait quelques choses, en effet pendant la première partie on nous tiens en haleine mais il y a parfois quelques longueurs.

Ce livre est prometteur, il y a du suspens sur fond de nouvelle technologie mais je ne suis pas tellement convaincu par la totalité du livre. Comme je vous l’ai dit je le conseil à tout les gens qui aiment le thriller car il est très intéressant tout n’est pas bon à jeter bien au contraire. Cette maison d’édition à beaucoup de potentiel, j’ai hâte de continuer mon partenariat et de continuer à faire, je l’espère, de faire de belles découvertes et vous les faire partager.

Pour trouver le livre et soutenir la maison d’édition : clic

51ElcI3IFyL._SY346_

Mon Avis #54: L’appel du renard tome 1 de Charly Reinhardt

Chroniqué par Aurore Karelle

Titre : L’appel du renard : Traqué

Auteur : Charly Reinhardt

Editions : Milady

Genre : Urban fantasy (romance M/M)

Nombre de pages : 401 pages

Résumé : Pour des métamorphes qui vivent cachés, l’amour est peut-être le plus grand des dangers…

Après avoir vécu l’enfer en Afghanistan, l’ex-lieutenant Sander Jolan est de retour dans sa petite ville natale du Wyoming. Devenu shérif, il y mène une vie tranquille… jusqu’à ce qu’on découvre dans les bois attenants un corps atrocement mutilé. Sander pense à une bête sauvage, et ce n’est pas le ranger Will MacBoyd qui va le contredire. Le shérif n’a pas le choix : grand solitaire dans l’âme, il doit faire équipe avec ce bel homme mystérieux pour retrouver l’animal.
Ce qu’ignore Sander, c’est que Will sait qu’il ne s’agit pas d’une simple bête, mais d’un métamorphe, comme lui-même. Car Will fait partie d’une meute de renards installée non loin, et il est là pour retrouver le coupable avant qu’il ne trahisse leur existence. Mener l’enquête tout en poussant Sander sur une fausse piste ne va pas être facile, sans compter l’irrésistible et inexplicable attraction qui va naître entre les deux hommes, à leur corps défendant…


Mon avis: Une belle surprise, une belle découverte et un vrai coup de coeur.

Une histoire de métamorphe, c’était forcément pour moi sauf qu’après coup je me suis rendu compte que c’était une romance M/M. Je n’en avais jamais lu et j’avais donc un peu peur.

Dans ce livre, on découvre Sander, un ancien militaire marqué par ses années sur le front, qui est devenu shérif dans une petite bourgade du Wyoming. Il ne s’y passe pas grand chose et ça lui convient parfaitement. Mais la tranquillité de ce petit village va être perturbée, car une affreuse attaque a lieu et un jeune homme meurt. C’est le début des problèmes pour Sander. Il va rencontrer Will, un matois ( c’est à dire un métamorphe renard) qui se fait pour un ranger afin de mener une enquête pour le compte de sa meute dont il est le bêta.

Sander est un homme fort, drôle, respecté et respectueux, mais hanté par son passé dans l’armée qui a laissé beaucoup de traces. De plus il est aussi marqué par la mort précipité de sa mère ainsi que par le poids d’être un enfant métisse et gay dans un petit village.
Je me suis tout de suite attachée à lui. Sander est un homme logique, aussi a-t-il toujours trouvé sa grand mère extravagante et un peu folle; il n’a jamais cru à ses histoires d’esprits et à toujours eut du mal avec son héritage indien. Il est très loyal et j’aime beaucoup son amitié avec Ty ainsi que la relation qu’il a avec sa chienne.

Will est aussi un homme fort qui est loyal envers sa meute, cependant il est marqué par son passé et a dû mal à se lier et à faire confiance. J’ai trouvé le fait qu’il n’arrive pas à se livrer à Sander rends leur histoire plus belle, plus forte. Tout comme Sander, il a beaucoup souffert, étant né d’un métissage et ayant perdu ses parents très tôt avant d’être élevé par son grand père, alpha de la meute, homme dur, impitoyable et cruel.

Leur histoire tente de se mettre en place en parallèle de leur enquête, mais ce n’est pas facile à cause de nombreux non dits, des secrets, des blessures enfouies. Ils arrivent tout de même à créer un lien grâce à leur joutes verbales qui m’ont beaucoup fait rire.

L’autrice a su se démarquer de l’univers « Métamorphe » habituel en créant son propre univers notamment en incorporant le folklore indien ou encore concevant un nouveau système de meute.

La plume de l’autrice m’a séduite particulièrement ses descriptions très réaliste qui m’ont permis de plonger dans le roman. L’intrigue était bien menée : je n’ai rien deviné avant la fin et le dénouement m’a surprise. La relation amoureuse ne démarre pas sur les chapeau de roue, et l’autrice a préféré construire pour Sander et Will une relation avec des bases stables en montrant leur craintes et leur doutes résultant en des sentiments forts.

Les scènes de sexe ne sont pas trop présentes, elles sont distillées où il faut, quand il faut et toujours très tendre. Dans ce roman c’est l’intrigue qui prime ainsi que la mise en place de la relation entre les deux hommes et j’ai adoré ça. J’ai vraiment hâte de lire le tome 2, prévu pour novembre. On y retrouvera Ty, personnage que j’ai beaucoup apprécié dans ce premier volume, qui est tout aussi drôle, meurtri et touchant que les deux autres.

Mon avis #53: Lune Pourpre# 1 de Laetitia Danaë

 

Chroniqué par Aurore Karelle

Titre : Lune Pourpre : Initiée

Auteur : Laëtitia Danaë

Editions : Snag

Genre : Fantasy

Nombre de pages : 512 pages

Résumé : « Un jour, on m’a dit que ce pouvoir exacerbé qui grandissait en moi ne pouvait plus être caché. Pour le bien de toutes les espèces opprimées, je me devais d’être une initiée. »

Lilith, fille de paysan, vit en autarcie dans un village reculé, rongé par les superstitions et les cultes de divinités. Obligée de dissimuler sa vraie nature, elle reçoit un jour la visite d’un homme très singulier, qui prétend pouvoir la protéger de tous les dangers. Malgré elle, Lilith va devoir faire face à de nouvelles responsabilités, dans un monde où elle est considérée comme une icône susceptible de redonner à Hibendrill sa splendeur d’antan.


Mon avis: J’ai été surprise dès le début du roman puisque je m’attendais à du fantastique et que c’est en faite une roman de fantasy. Aussi, je pensais que le personnage principale serait une adulte ou au moins une ado mais c’est en faite une enfant de dix ans!

Toutefois, ça ne gâche en rien la lecture. L’autrice a créé un univers qui est extrêmement travaillé bien qu’un peu complexe. En effet il y beaucoup de lieux différents, beaucoup de créatures magiques et leurs prénoms de personnages sont assez atypiques; mais ce sont toutes ses petites choses qui nous entraînent encore plus dans ce royaume et dans l’aventure de Lilith.

Lilith, notre jeune héroïne, est très mure pour son age, ce qui facilite la lecture. Afin de la protéger elle et son secret, son père prend la douloureuse décision de la confier au peuple des Abels. Sous la protection de Sando, la jeune fille découvre, pour la première fois, son royaume et les créatures qui le peuple.

« Lorsqu’elle vivait à Mänsamel, Lilith avait toujours été fascinée par les légendes et l’histoire de son pays. Les conteurs parlaient des contrées d’Hibendrill comme étant immensément dangereuses…
Elle n’avait jamais pensé que les routes d’Hibendrill n’étaient que de simples routes. Certes, foulées par quelques bandits et de repoussantes goules chauves, mais pas aussi périlleuses… »

Après quelques péripéties, Lilith rencontre son nouveau peuple et sa reine Amarah qui souhaite que l’enfant se forme au plus vite. Celle-ci doit donc apprendre un nouveau langage, le combat, la natation, à se repérer dans la forêt et à écouter ses sens. Bien qu’ayant été une enfant solitaire dans son village, elle se lie d’amitié avec Douce et Melhen et développe une relation particulière avec Sando et son loup Kalenken, chose que j’ai apprécié. j’ai aussi aimé la relation maternelle qui s’est naturellement installée entre Lilith et Ismeline.

J’ai adoré l’intégration des loups à cet univers! Ce sont des personnages aussi importants que les humains.Intelligents et combattants, ils sont très loyaux envers leur humains avec qui ils créer un lien télépathique. Chez les Abels, avoir un loup est un privilège et doit se gagner grâce à des épreuves plus dangereuse les une que les autres.

Au cours du roman, on découvre l’origine du don de Litith et son rôle dans l’avenir de son peuple. Effectivement, le roi Donovan règne en tyran sur le royaume et souhaite anéantir toute personne qui s’opposeraient à lui.

Néanmoins, les rebelles trouveront une aide inattendue venant d’un proche de Donovan, avec qui Lilith entretiendra une mystérieuse relation.

Je dois quand même mentionner un point négatif… J’ai parfois dû revenir en arrière, persuadée d’avoir loupé des choses puisqu’elle a dix ans dans un chapitre et quinze à la page suivante. J’aurais trouvé plus facile de voir marqué en début de chapitre quelque chose comme « Cinq ans plus tard ».

SPOILER, surlignez pour le découvrir De plus je n’ai pas apprécié que l’on oblige Lilith a changer de prénom et qu’on le choisisse pour elle.
Pour finir, j’ai trouvé le deuil de Lilith disproportionné puisqu’elle n’a pas revu son père depuis huit ans et qu’elle le voit que cinq minutes avant qu’il meurt. Mais à la suite de sa mort, elle nous fait une dépression nerveuse et elle est limite suicidaire ce qui n’est pas approprié au vue du type de relation qu’elle entretenait avec son père. FIN SPOILER

En résumé, ce fut un super lecture, je suis vraiment devenue fan! Grâce à sa plume, l’autrice nous emporte dans cet univers nouveau, et on suit avec plaisir les aventures de Lilith.

Je n’en reviens pas que ce soit que le premier roman de l’autrice ! J’ai vraiment hâte de lire le tome 2.

Initiée (01)

Mon avis #52 : Rebecca Kean tome 2 de Cassandra O’Donnell

Chroniqué par Althéa Rose

Titre : Rebecca Kean : le pacte de sang

Auteur : Cassandra O’Donnell

Editions : J’ai lu

Genre : Bit-lit

Nombre de pages : 605 pages

Résumé : Depuis que je suis devenue la tueuse attitrée de la communauté surnaturelle du Vermont, je n ai plus une minute à moi, course-poursuite, exécutions, meurtres en série… Bref je n ai ni le temps, ni l envie de m occuper de ma vie privée. Alors quand mon ex, Michael, un vampire aussi sexy que redoutable a débarqué en ville, ça m a un peu contrarié. Il faut dire que quand on se retrouve enceinte à seize ans et qu on plaque son amant, on n est généralement pas très pressée de le revoir dix ans plus tard et de lui annoncer qu il est papa.
Du moins, pas avant d être passée d abord faire le plein chez Joe, le marchand d armes du coin.


Mon avis : J’ai lu ce livre en lecture commune avec mon amie Aurore du blog passion livre. Je dois dire que c’est elle qui m’initie à la Bit-lit (j’en ai testé deux pour le moment) et je dois dire que j’aime beaucoup ce nouveau genre mais, j’y vais avec prudence car je ne veux en aucun cas me dégoûté du genre j’ai déjà donné avec la romance et le Young Adult (bien que je préfère de loin la romance entre les deux). Encore une fois ce tome deux est un pur bonheur car la plume de Cassandra O’Donnell que j’adore autant en jeunesse que sur cette saga, est addictive et fluide, ça se lit super vite. De plus, ici aussi on à pleins de rebondissements dont je ne peux pas vraiment vous parler car je vous spoilerai le tome 1 et ce serai dommage de vous gâcher cette saga. L’autrice à installé une ambiance « thriller » avec des meurtres en série qui choc tout le monde surnaturelle de la ville, ce qui fait que l’on soupçonne tout le monde car on se dit que chaque communauté peut trouvé son compte à tuer tel ou tel membre d’un autre clan. Rebecca, elle, est sensé gérer les problèmes de tout les clans, comme une médiatrice qui peut se révélé être une tueuse redoutable à certains moment. Je trouve que les personnages sont tous très travaillé et aucun clan n’est lésé en terme de présence, tout le monde est plus ou moins sous la lumière et aide (ou pas) Rebecca. Cette dernière représente un peu l’intérêt commun de tout les clans car les menaces que créer l’autrice en est une pour tout le monde à fortiori pour Rebecca.

Je vous conseille vivement cette saga si vous voulez rire et vivre de belles émotions pendant votre lecture, je retrouverai Rebecca Kean et ses amis avec le plus grand plaisir. En attendant, prenez soin de vous et je vous souhaite de très bonne lectures.

téléchargement (4)

Mon avis #51 : Stranger Things – Runaway Max de Brenna Yovannoff

Chroniqué par Althéa Rose

Titre : Runaway Max

Auteur : Brenna Yovanoff (trad. Alice Delarbre)

Editions : Hachette Romans

Nombre de pages : 286 pages

Genre : Young adult/ thriller

Résumé : Qui est Max Mayfield ? Quand on s’est installés à Hawkins, j’étais convaincue que c’était le genre d’endroit où rien n’arrivait jamais. Et pour moi jusqu’ici les monstres étaient des hommes, comme mon demi-frère Billy. Mais ce soir, la créature que j’essaie d’arrêter vient d’ailleurs, d’une autre dimension. Je suis bien décidée à en finir avec elle, et avec tous les autres monstres. Une bonne fois pour toutes…


Mon avis : J’ai lu ce livre en lecture commune avec ma copine Sookie du blog passion livre et de l’instagram @lecoindesookie. J’adore la série stranger things et encore plus le personnage de Max donc j’étais contente qu’un livre soit sorti sur ce personnage, je me suis dit « chouette je vais enfin en savoir plus sur elle. » Je dois vous avouer que je suis mitigée sur cette lecture car, tous les livres qui sont sorti sur stranger things sont basés sur le passé des personnages. On doit voir cette serie de livres comme les origines de cette série Netflix. Max étant un des personnages énigmatique de la série à l’instar de son frère Billy j’avais vraiment hâte de savoir pourquoi elle avait emménager à Hawkins et savoir si Billy avait toujours été comme il est dans la série. Certes, on en sait un peu plus sur les circonstances de sa venue en ville, on nous montre un peu plus les parents qu’on ne voit pas beaucoup dans la série et j’ai été contente d’apprendre tout cela, l’autrice nous montre aussi les anciens amis de Max et sa vie avant Hawkins, qui était pour elle, bien meilleure en Californie. Max est un peu garçon manqué, on le sait évidemment dans la série mais c’est plus prononcé ici.

Cependant, je trouve qu’on voit également beaucoup trop les scènes que l’on trouve dans la saison deux, certes avec le point de vue de Max mais, j’aurais aimé ne pas avoir cette sensation de déjà vu et qu’on se concentre sur ce qu’il y a eu avant la série. J’ai été également frustré de ne pas en savoir davantage sur Billy, j’aimerais vraiment qu’un livre sorte sur lui (j’ai vu la saison 3 récemment il en est un personnage central) c’est donc pour moi impossible qu’il soit si désagréable et méchant et qu’il n’y ait pas de raison à cela.

Sinon bien sure que j’ai apprécier le coté rebelle et féministe de Max et le fait qu’elle ne comprenne pas le comportement de sa mère vis à vis des hommes, on voit bien qu’elle ne supporte pas l’autorité et c’est bien quand on voit le contexte (Je rappelle que l’on se trouve dans les années 80) c’est pour ça que je trouve le personnages de Max intéressant, c’est très original de voir une fille à peine sorti de l’enfance se rebeller surtout pour l’époque. C’est du Young Adult donc on comprend que le coté scientifique ou la théorie du complot n’est été pas très poussée et que l’ouvrage pas si sombre comme dans le premier livre. (Stranger things souspicious mind) il faut que cela reste accessible. pourtant c’était très prometteur mais à la place on à préféré mettre des passages déjà vu de la saison 2 et j’ai trouvé ça dommage c’est le seul bémol du livre pour moi.

Mais si vous n’avez pas vu stranger things vous pouvez le lire je ne penses pas que vous serez gêné par ce détail. C’est une très bonne lecture Young Adult pour débuté dans le thriller ou l’horrifique.

Voilà c’est tout pour moi j’espère que ça vous a plu et que je vous ai donné envie de lire ce livre en attendant prenez soin de vous à bientôt.

519JHIeizUL._SX312_BO1,204,203,200_

Mon avis #50 : Asylum de Emilie Autumn

Chroniqué par Althéa Rose

Titre : Asylum – l’asile pour jeunes filles rebelles

Auteur : Emilie Autumn

Editions : Hugo roman

Genre : Thriller/SFFF

Nombre de pages : 402 pages

Résumé :

Cent cinquante ans les séparent, mais elles vivent le même cauchemar…

Violoniste à l’aube d’une belle carrière, Emilie souffre de troubles bipolaires. Après une tentative de suicide, elle est hospitalisée, puis internée dans un service psychiatrique. En dépit de ses protestations, la voici traitée comme une criminelle, gavée de médicaments, privée des libertés les plus élémentaires, coupée du monde. Et de surcroît, en butte au harcèlement du sinistre docteur Sharp. Pour ne pas basculer dans la folie, elle entreprend de consigner le quotidien de sa détention. Et découvre dans son petit carnet noir le message de détresse d’une jeune femme séquestrée dans un asile de fous de l’Angleterre victorienne. Une Emily qui lui ressemble en tous points. Une porte sur un autre monde s’est ouverte, un monde étrange où fleurissent les idylles entre détenues, où les spectres bruissent sous le papier peint, où des rats de haute éducation s’expriment dans une langue des plus châtiée. Réalité, ou divagations ?


Mon avis : J’ai passé un très bon moment de lecture, j’aime beaucoup tout ce qui touche à la psychologie, les sciences etc. Quand j’ai su que l’autrice c’était inspiré d’un fait qui lui était réellement arrivé et qu’elle décrivait de manière romancé des choses qu’on lui avait faites cela m’a encore plus donné envie. Et j’ai été plongé dans un univers bien sombre ou on à peur pour les personnages et où, à un moment on se demande si elles ne sont pas tomber elles-même dans la folie. Emilie Autumn ne fait-elle pas un transfert sur la Emily avec un « y » qui aurait vécu à l’époque victorienne ? Personnellement, j’ai adoré les deux parties entrecroisées de l’histoire, j’ai adoré suivre Emilie et le fait qu’elle soit traitée comme une criminelle alors qu’elle est une de nos contemporaine et qu’elle est seulement atteinte d’un trouble bipolaire, moi qui ait dû fréquenté des psychologues à une certaine période de ma vie, je dois avoué que je me suis senti un peu comme elle par moment car il faut avouer que certains professionnels ne sont pas compétant, en tout cas ici, dans ce livre c’est le cas. Cela fait parfois peur parce qu’on se dit que les problèmes psychologique peuvent arrivé à tout moment et à n’importe qui, c’est très réel et c’est justement cela qui peut angoisser le lecteur. On cherche à savoir ce qui est réel ou non, on est de tout cœur avec les personnages qui nous plonge tellement dans leur univers qu’ils nous font vivre les choses avec eux. J’ai aussi beaucoup aimé lire la partie sur Emily qui vit sous le règne de la reine Victoria, où forcément, les techniques de soins sont beaucoup moins belles humainement parlant, mais, on voit un parallèle entre les deux époques. J’aurais aimé voir un peu plus de la vie des deux femmes avant leur internement pour savoir qui elles étaient avant d’être des rats de laboratoire vivant et considéré comme des numéros plutôt que des humains. Cependant, il y a de grosses facilités dans le récit et je n’ai pas trop apprécié cela, j’ai retrouvé également de grosses longueurs qui étaient pour moi un peu inutile.  Ce ne sera pas non plus un coup de coeur j’avoue tout de même que je m’attendais à mieux.

Alors réalité ou simple hallucination de la part d’Emilie Autumn, à vous de vous faire votre propre avis.

téléchargement (3)

Prévisionnel #7 : Que vais-je lire en Aout ?

Coucou les petits choux la question qu’on se pose tous c’est que vais-je lire ce mois-ci hein ? Alors j’ai pas mal de lecture ce mois ci et surtout pas mal de lecture commune dont trois avec mon acolyte Aurore : Nous allons à nouveau lire Black riders 2 de CJ Ronnie que nous avions abandonné il y a quelques mois. (Affaire à suivre). Nous allons aussi continuer la saga Rebecca Kean de Cassandra O’Donnell. Et enfin, nous allons continuer la saga ALFA de Mily Taiden en compagnie de notre amie Ozalee.

Voici les 3 lectures communes que je vais faire.

Ensuite on continue avec mes prochaines lectures :

Je vais faire un petit retour au source avec un bon Stephen King des familles, Carnet noir. Puis lire You make me so bad de Jay Crownover et ensuite La vie rêvée des chaussettes orphelines de Marie Vareille.

Voià c’etait tout pour moi comme d’habitude prenez soin de vous.

Prévisionnels _ Fevrier _ (2)